Gebel Silsileh

À environ 65 km au nord de la ville d’Assouan et à 145 km au sud de Louxor, le Nil connaît son point le plus étroit au niveau du Gebel Silsileh. Dans le passé, c’était une importante carrière de grès, dont les mines s’étendaient de part et d’autre du fleuve. Aujourd’hui, vous pouvez encore contempler les collines de grès étourdissantes, desquelles ont été extraites les blocs de pierre ayant servi à l’édification des temples de la 18e dynastie jusqu’à la période romaine.

Histoire

Au cours de la 18e dynastie, les mines de calcaire de Gebelein ont commencé à s’épuiser, poussant les Égyptiens à se tourner vers le grès. Le Gebel Silsileh a été une source abondante de grès, dont l’utilisation a permis de réaliser des architraves plus grandes.

Nommé Khenu à l’époque pharaonique, le Gebel Silsileh a fourni la plupart des talatats employés par Akhenaton pour bâtir les édifices de Louxor et d’Amarna. En fait, la carrière a approvisionné en grès presque tous les temples majeurs de l’Égypte ancienne, y compris Karnak, Louxor, Médinet Abou et le Ramesseum.

Outre l’activité minière, des cultes importants se tenaient au Gebel Silsileh, dont la divinité principale était Sobek, le dieu des crocodiles et des eaux. Chaque année, au début de la saison des inondations, les Égyptiens y exécutaient des sacrifices afin de demander la fertilité de la terre.

En ce qui concerne les fouilles archéologiques au Gebel Silsileh, la première description détaillée provient de l’expédition de Bonaparte. L’égyptologue argentin Ricardo Augusto Caminos a aussi mené des recherches sur le site, mais son exploration est restée inachevée.

Découvrir le Gebel Silsileh

Les siècles d’exploitation minière ont entièrement refaçonné le paysage naturel du Gebel Silsileh. Aujourd’hui, la gorge est dominée par de hautes parois de carrières et d’énormes monticules de résidus miniers ou de déchets. Des galeries souterraines serpentent à travers le site. Un peu partout, les traces d’outils dans les rochers témoignent de l’évolution des méthodes d’extraction au fil des années. Vous trouverez également une vaste collection de gravures et de graffitis ancienne, ainsi que plusieurs indices associés à l’acheminement du grès (routes, ports, rampes, etc.).

Le Gebel Silsileh possède quelques édifices particulièrement attrayants. Rendez-vous sur la rive ouest pour contempler des rochers flanqués d’inscriptions énigmatiques, ainsi que des petits sanctuaires de différentes époques. Les graffitis tapissent également les façades des chapelles. Dans la partie sud de la carrière, vous rencontrerez une gigantesque colonne de roche appelée « Cabestan ». Les anciens Égyptiens l’ont nommée ainsi, car ils croyaient qu’il y a avait auparavant une chaîne (Silsila en arabe) qui reliaient les rives Est et Ouest. Non loin du pilier, vous pouvez découvrir les trois sanctuaires érigés par Merenptah, Ramsès II et Seti I durant le Nouvel Empire.

Plus au nord, dans la carrière principale, vous trouverez encore une fois des marques de maçons claires, un groupe de chapelles commémoratives, mais également plusieurs piliers, dont la stèle de Shoshenq I, marquant la limite septentrionale du site.

La rive Est du Gebel Silsileh n’est pas accessible à la visite, mais en la regardant depuis la rive ouest, vous pouvez facilement imaginer l’envergure des chantiers commandés par les pharaons. Impossible de rater avec le vaste passage creusé dans la colline.

Visitez le Spéos d'Horemheb

À proximité de l’entrée du complexe de Gebel Silsileh, vous pouvez admirer le Spéos d’Horemheb. Les ouvriers ont taillé ce petit sanctuaire royal dans la pierre en l’honneur du pharaon Horemheb de la fin de la 18e dynastie. Le temple rupestre célèbre également six autres divinités égyptiennes, à savoir Amon, Sobek, Khonsu, Mut, Taweret et Thot. Sa façade est marquée par quatre piliers, tandis qu’à l’intérieur, il y a une salle transversale et un petit sanctuaire où sont représentées en reliefs les divinités. Un autre monument dédié à Horemheb se situe à environ 500 m au nord. Comportant également des colonnes de granit, celui-ci demeure néanmoins inaccessible.

Informations pratiques

Comment s’y rendre ?

Le moyen le plus pratique pour rejoindre le Gebel Silsileh est de prendre la felouque ou le dahabiyya entre Assouan et Esna. Si vous préférez les voyages terrestres, vous pouvez louer un taxi à Edfou et emprunter la route de la vallée sur la rive ouest du Nil jusqu’à la carrière.

Quand visiter ?

La région de Gebel Silsileh hérite d’un climat sec et ensoleillé toute l’année (4 000 heures d’ensoleillement annuel), avec des transitions saisonnières peu marquées. C’est l’une des zones les plus éclairées par le soleil de la planète. D’après la carte climatique de Köppen-Geiger, le site connaît un climat désertique chaud de type BWh, comme la majeure partie de l’Égypte.

Les hivers ne durent pas longtemps, sont chauds, mais demeurent la période la plus conseillée pour visiter le Gebel Silsileh. En été, la chaleur est tout simplement écrasante, le soleil est accablant et l’air sec du désert étouffant.

Membre de Nomadays
Le réseau de spécialistes locaux

Bonjour

Je suis Cherif de "Cheops Travel". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+(202) 2-574-1693