Le vieux Caire

Parcourir les rues du centre historique du Caire réserve bien des surprises aux plus aventureux des touristes. En se dirigeant plein sud, dans le Vieux Caire, on découvre rapidement un tout autre monde, un visage à part du pays. 

Cette simple balade permet de remonter le temps et visiter l'Égypte de l'ère médiévale. Ses chevaliers, ses califes et ses empereurs ont laissé de précieux vestiges que l’on peut admirer encore de nos jours. On peut notamment y contempler les ruines de la grande forteresse romaine de Babylone, la première mosquée de toute l'Afrique, deux grandes églises millénaires, le fameux musée copte et la première synagogue de territoire égyptien.

Histoire du vieux Caire

La construction du Vieux Caire remonte à la conquête romaine de l'Égypte, vers -30. Pour maintenir le pays sous son pouvoir, l'empereur Auguste fait construire un fort au nord de l'ancienne capitale du pays, la forteresse romaine de Babylone. Grâce à ce point stratégique, le grand monarque peut alors contrôler le point de traversée le plus fréquenté du Nil. Lorsque Constantin Ier monte au pouvoir, il permet aux Chrétiens d'exercer librement leur religion. Ces derniers fondent ainsi deux églises au sein même de la forteresse, l'Église Suspendue et l'église Saint-Georges. 

Vers 639, le général arabe 'Amr ibn al-'As conquiert toute l'Égypte. Il fait alors construire la première mosquée du continent africain, qui porte aujourd'hui son nom. En même temps, il fonde la ville de Fostat au nord de la forteresse, l'actuel emplacement du Vieux Caire. 

Au fil des âges, la capitale du pays se modernise au gré de ses dirigeants. Mais les infrastructures du Vieux Caire sont majoritairement maintenues telles quelles. Vers 1910, Marcus Simaïka Pacha construit le premier musée entièrement dédié à l'art copte au sein même des ruines de l'ancienne forteresse romaine de Babylone.

Visite du vieux Caire

À la sortie du métro, le paysage de la capitale n'est plus le même. La grande et moderne mégapole semble avoir laissé place à une ville calme et tranquille. C'est alors que commence une balade qui nous emmène dans différents lieux emblématiques du Vieux Caire.

Le musée copte

L'art copte constitue un tout autre monde. Il raconte les origines de la foi chrétienne en Égypte. Le musée copte du Caire permet à ses visiteurs de mieux comprendre cette culture et d'en découvrir les merveilles. Ses 25 salles recèlent des trésors façonnés à différentes époques. Sa magnifique collection de fasqiyya-s fait faire un bond dans le temps, à l'époque fatimide de l'Égypte. Les fontaines, les lambris, les pavements de mosaïques, les boiseries et les moucharabiehs qui y sont exposés illustrent les grandes figures du christianisme à travers différents styles remontant à l'époque médiévale ou hellénistique. Ses impressionnants métaux, textiles, vitraux et céramiques sont "le fruit d'assemblages savants du patrimoine copte, collecté un peu partout dans le pays".

L'église Saint-Georges

À quelques pas du musée copte, en empruntant une petite porte en bois, on accède à la cour de l'église Saint-Georges. Elle a la particularité d'être la seule église circulaire de toute l'Égypte. Construite sur l'une des tours de la forteresse romaine de Babylone, elle est surmontée d'un grand dôme. Dans l’ensemble, son architecture fait penser à un énorme fort décoré de multiples œuvres religieuses. 

À l'extérieur, on peut contempler un bas-relief représentant l'homme de foi qui a inspiré le nom de l'église. Assis sur un cheval blanc et brandissant une lance, il terrasse un grand dragon noir. En pénétrant à l'intérieur du temple par une petite porte à droite, on découvre un intérieur somptueux et coloré. Globalement circulaire, il est maintenu par six piliers de marbre rouge. Ses murs dorés sont ornés de magnifiques peintures représentant Saint Georges, mais aussi les grandes figures du christianisme. En face de quelques rangées de bancs en bois, un majestueux autel comporte des portraits réalistes de la Sainte Famille. La voûte, elle, dépeint un ciel où des anges virevoltent autour du Christ.

L'église suspendue du vieux Caire

Juste à droite du musée copte, une autre porte de bois conduit au plus célèbre lieu de culte copte du Caire, l'église Sitt Mariam ou Sainte-Marie. Plus communément appelée "El Moallaqa" ou "l'église suspendue", elle a été construite vers le VIIe siècle à l'emplacement de la tour sud de la forteresse romaine de Babylone. 

L'entrée de ce monument donne sur un petit vestibule. En le traversant, on aboutit à une petite cour magnifiquement ornée de verdures. Ses murs comportent de très belles mosaïques illustrant la fuite de la Sainte Famille en Égypte. À l'extrémité de cet espace, après avoir monté une trentaine de marches, on émerge dans une petite salle. Au bout de cette dernière, on ne peut s'empêcher de prendre un moment pour admirer un magnifique porche décoré par de la boiserie aux motifs floraux et géométriques. 

En s'engouffrant par la porte de droite, on se croirait projeté dans le Moyen Âge. L'art copte s'illustre dans tous les recoins de l’église. Ses boiseries, ses vitraux ou encore ses arcades se dessinent dans un style à part. On voit ici et là les portraits de grands hommes de foi ainsi que de la Sainte Vierge, tout en avant de la salle.

La synagogue Ben Ezra

Il faudra contourner tout le quartier pour visiter la plus vieille synagogue d'Égypte, la synagogue Ben Ezra. Vue de l'extérieur, personne ne se douterait de la beauté des trésors qu'elle renferme. Même si elle a initialement été bâtie vers le IXe siècle, son architecture actuelle remonte à 1892. Ainsi, sa décoration intérieure se dessine plutôt dans un style turc. On le voit notamment lorsqu'on contemple les motifs de son magnifique plafond, les boiseries de ses balcons ainsi que les ornements rouges et dorés de son Aron Kodech. Sa Bimah (la table de lecture) et son Amoud (le pupitre), eux, font plutôt penser au style romain, surtout lorsqu'on prend le temps d'admirer ses incroyables gravures dorées.

La mosquée Amr ibn al-As

Construite vers 642, la mosquée Amr ibn al-As est la toute première mosquée érigée en Afrique. À ses débuts, elle n'avait que de la terre battue en guise de plancher, un plafond en feuilles de palmier et des colonnes en bois. Au fil des années, la dévotion des musulmans en a fait un impressionnant lieu de culte. Elle abrite de nos jours un immense sahn (une cour intérieure), quatre grands riwaq (des portiques) ainsi que d’impressionnantes arcades supportées par une véritable forêt de piliers de marbre blanc.

Le Vieux Caire regorge encore de lieux emblématiques qui méritent le détour, comme les églises de Saint Sergius et de Sainte Barbara, le nilomètre de l'île Rhoda ou encore la magnifique place El-Sakakini.

Comment y aller ?

La manière la plus simple de rejoindre le Vieux Caire est de prendre le métro. Il suffit de choisir l'une des lignes qui passent à la station Mar Girgis et de s'y arrêter. Le musée copte, les ruines de la forteresse romaine de Babylone, l'église suspendue et l'église Saint-Georges se situent directement en face de la station de métro.

Une autre alternative serait de prendre un taxi ou de commander un Uber.

Bonjour

Je suis Cherif de "Cheops Travel". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+(202) 2-574-1693