Temple d'Edfou

Depuis l'aube de la civilisation égyptienne jusqu'à la période gréco-romaine, les Égyptiens n'avaient jamais cessé d'honorer Horus. Le plus grand temple consacré au dieu-faucon est celui d'Edfou, à 105 kilomètres au sud de Louxor.

Perle de l'Égypte, il a été parfaitement préservé au fil des siècles grâce à la magie du désert. Son grand pylône, ses couloirs labyrinthiques et ses innombrables chambres ornés d'impressionnants hiéroglyphes font de lui la destination par excellence pour les touristes en voyage dans le sud du pays.

Histoire

Contrairement à ce que l'on peut penser, le temple d'Edfou n'a pas été bâti par les pharaons. Sa construction a, en effet, débuté le 23 août -237, sous Ptolémée III. Même si les travaux ont été initiés par un Grec, l'architecture choisie pour le bâtiment est inspirée du style pharaonique. À travers ce projet, le roi voulait honorer Horus par un édifice à la mesure du grand dieu. Pour parfaire le temple, les travaux ont dû durer près de 180 ans. 

En -57, Ptolémée XII inaugura le monument par une somptueuse fête. L'imposante taille de la bâtisse reflétait la gloire du roi et la prospérité qui régnait dans le pays à cette époque-là. Ses prêtres y ont organisé de nombreux festivals dédiés au dieu Horus. 

Selon les croyances de l'époque, la déesse Hathor entamerait chaque année un voyage depuis son temple à Dendérah pour rendre visite à Horus à Edfou. Ainsi, au cours de cet événement, de grandes festivités devaient être organisées pour honorer l'union de ces dieux, la Fête de la Bonne Réunion. Sans jamais y dérober, le roi descendait annuellement à Edfou pour apporter des offrandes aux deux divinités réunies. 

Mais au fil des siècles, l'importance du temple décru. Ce fut notamment le cas au cours du règne de l'empereur romain Theodosius Ier. En effet, ce dernier avait édicté une loi visant à interdire les cultes païens, dont ceux dédiés au dieu-faucon. Craignant pour leur vie, les prêtres du sanctuaire ont donc arrêté le service. Sans entretenir, le lieu de culte se retrouva progressivement enseveli sous le sable du désert et le limon du Nil. 

Il faudra attendre l’année 1798 pour qu'une expédition française redécouvre le sommet de son immense pylône. Puis, en 1860, l’égyptologue français Auguste Mariette décida d'entamer les travaux de désensablement. Le temple d'Horus émergea alors des profondeurs de la terre, préservé des ravages du temps grâce à la magie du désert. 

À partir de 2005, les alentours du sanctuaire furent revampés par un centre d'accueil destiné aux touristes, un beau jeu de lumière pour les visites de nuit et même d'une salle de projection pour permettre aux visiteurs de découvrir la fascinante histoire de ce mythique lieu de culte.

Visite du Temple d’Efou

Situé à l'extrémité ouest de la petite ville d'Edfou, le temple d'Horus se dresse majestueusement sur une surface de 137 mètres sur 79. Entièrement fait de grès, il comporte un grand pylône, une grande cour, deux grandes salles hypostyles, un sanctuaire et de multiples chambres dévouées au culte d'Horus et d'Hathor.

En marchant sur la grande allée qui mène au temple, on est frappé par l'immensité de son pylône. Du haut de ses 32 mètres, il est orné par d'impressionnants hiéroglyphes dépeignant Ptolémée XII massacrant ses ennemis devant Horus et Hathor. La précision avec laquelle les reliefs sont sculptés à même la pierre est tout simplement époustouflante. Face au mur, deux faucons géants coiffés de la double couronne gardent l'entrée du temple. L'allure fière et majestueuse qu'ils arborent semble proclamer aux visiteurs : "Horus est le maître de ces lieux".

En traversant l'immense porte du bâtiment, on aboutit à une grande cour intérieure. Entièrement dallée de pierre, elle est entourée par d'immenses piliers aux motifs floraux. Sur murs, eux, les bas-reliefs décrivent des scènes où le roi présente ses offrandes aux dieux.

À l'extrémité nord de cet espace, deux autres statues d'Horus se tiennent devant une grande porte. De l’autre côté de l’ouverture, une immense salle hypostyle attend les visiteurs du temple. Là-bas, d'innombrables hiéroglyphes ont été gravés sur une immense forêt de piliers. Ils racontent l'histoire de la construction du mythique sanctuaire d'Edfou. En se perdant entre les colonnes, on remarque alors que deux petites portes latérales ont été aménagées dans cette salle. L'une mène à la bibliothèque du sanctuaire, tandis que l'autre donne sur la chambre des consécrations.

En s'avançant encore plus profondément dans le lieu de culte, on découvre une autre salle hypostyle comportant de nombreux piliers. Étrangement, elle est également entourée de petites chambres, dont la salle du trésor. Les prêtres introduisaient les offrandes dans le temple par cette petite pièce. Une autre salle, la chambre du Nil, servait à entreposer l'eau destinée à la purification. 

En poursuivant notre balade vers l'avant du temple, on tombe alors sur la salle des offrandes. Les impressionnants hiéroglyphes qui la ornent décrivent des scènes où le roi apporte ses présents aux divinités. En regardant à droite, on aperçoit alors les premières marches d'un escalier menant au toit de l'immense édifice. Ce dernier est actuellement interdit aux visiteurs. Mais on raconte que la vue y est magnifique et qu'on peut y admirer le Nil et les alentours de la ville.

En se dirigeant progressivement vers l'avant, on débouche sur le sanctuaire d'Horus, le cœur même du monument. On y découvre une magnifique réplique de la barque du dieu et un grand naos qui abritait autrefois une statue en or massif du maître de ces lieux.

Le temple d'Edfou recèle encore de nombreuses salles et couloirs qui ne manqueront pas d'étonner ses visiteurs. Accompagné d'un bon guide, on peut s'amuser à les explorer et à découvrir leur utilité d’antan. Parmi eux figurent la chapelle de Min, le tombeau d'Osiris, l'Ouabet ou encore le fameux couloir mystérieux.

Comment y aller ?

En bateau

Visiter Edfou dans le cadre d'une paisible croisière sur le Nil depuis Louxor reste l'option majoritairement choisie par les touristes. Arrivé sur le port, il suffit de héler un taxi ou de prendre une calèche pour se rendre au temple d'Horus.

En train

Vous pouvez également prendre un train à Assouan ou à Louxor et arriver à la gare de la ville d'Edfou. De là, il est assez facile de trouver un taxi ou une calèche pour le temple d'Horus.

En voiture

Certaines voitures peuvent être louées à Louxor pour un voyage direction plein sud. Sur le trajet, on peut combiner la visite du temple d'Edfou avec celui du sanctuaire de Khnoum à Esna, puis se rendre au temple de Kôm Ombo.

Horaires

Le temple d'Edfou est ouvert tous les jours de 7h à 17h.

Bonjour

Je suis Cherif de "Cheops Travel". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+(202) 2-574-1693